Je vous avais quitté la dernière fois à 7 semaines (de travail) de la fin de mon contrat, en étant un peu reboostée par ce que j'avais pu entendre au cours des conseils de classe. (C'est ici pour les retardataires ^^)

Comment cela s'est-il passé depuis ?

Et bien je suis restée sur cette impression positive et puis je me suis aussi forcée à arrêter de pester, grogner, râler, critiquer... Les vendredis midis étaient toujours aussi joyeux mais dimanches soirs étaient beaucoup moins difficiles :)

Ce qui a aidé aussi, c'est tout simplement le temps. Le temps passant qui a fait que je connaissais mieux les énergumènes qui me servaient d'élèves ; que j'ai un peu approfondi les relations avec les collègues qui m'ont donné des astuces, des conseils ou des encouragements ; que j'ai moins hésité à sanctionner et peut-être aussi de manière plus efficace ; que j'ai réussi à mieux m'organiser au niveau de la préparation des cours à un peu plus long terme et que donc j'avais plus d'assurance sur le déroulé du cours...

J'ai aussi décidé d'arrêter de me mettre la pression : je voulais tellement bien faire, les quitter avec le sentiment du devoir accompli, la fierté d'avoir réussi à transmettre des connaissances... Et puis j'ai été confrontée à la réalité : les 6ème sont encore petits, ont du mal à rester concentrés, veulent jouer... Les 3ème sont blasés, pensent au 2ème trimestre que leur avenir est foutu, sont plus occupés à essayer de plaire ou à commenter les tentatives de séduction des autres qu'à s'intéresser à ce que l'adulte en face fait, sont partisans du moindre effort... Les 6ème segpa (que j'ai eu la chance de fréquenter) ne pensaient qu'à se moquer les uns des autres au gré des alliances ou mésalliances du jour, à créer des tensions voire des bagarres, se disent que de toute façon c'est trop dur (sans essayer de comprendre la consigne) et/ou qu'ils sont nuls...

Danger-Ecole479

 

Image piquée ici, avec un article plus qu'intéressant sur le comportement à adopter face aux collégiens de segpa !

Bref, en discutant avec les collègues qui m'ont assuré que j'avais hérité des pires classes du collèges (4/5), j'ai arrêté de m'en faire et je me suis dit que de toute façon, il fallait avancer et qu'avec un peu de bol, certains retiendraient quelques infos... De toute façon, quand je me suis rendu compte que les 3ème ne savaient pas reconnaître un verbe d'un sujet j'ai arrêté de complexer sur mon inexpérience... 

Petit bilan du remplacement :

Comme dans tout bilan, il y a des points positifs et négatifs...

Dans le négatif, il y a le collège en lui-même car trop loin de mon domicile (difficulté à concilier les horaires de travail avec l'organisation familiale et à faire le trajet en toute sérénité) et puis le proviseur m'en avait fait un tableau pas très reluisant...
Il y a aussi tous les points qu'il faudrait que j'améliore (et là je suis tout à fait open pour les conseils que vous pourriez avoir envie de me donner) : comme par exemple prendre connaissance ou me procurer le règlement intérieur pour savoir ce qui est autorisé ou non et comment sanctionner les infractions ; ma présentation lors du premier cours à modifier, en ajoutant à mes noms/prénoms et aux dates du remplacement, le programme que nous allons suivre - en espérant l'avoir - et la manière dont ils seront évalués. Vous voyez autre chose ?

Il y a quand même aussi des points positifs à cette expérience : en premier lieu, ma fierté d'être sortie de ma zone de confort : sauter dans le grand bain avec un seul flotteur quand on n'a pas appris à nager, c'est un peu l'image que j'ai en tête quand je repense à ce que j'ai fait ;) ; recevoir de gentilles attentions de la part des élèves (surtout les 6ème), comme ce petit poisson d'avril, ou quelques bonbons pour les anniversaires, ou échanger sympathiquement avec les 3ème, les sentir réceptifs à mes encouragements quand à leur avenir et leur capacité à travailler et à réussir.

IMG_20160426_120308

En conclusion, je vais retenter un autre remplacement mais plus près de chez moi : 1/2 heure de trajet max me permettrait de ne plus être dépendante de mes voisines, ni même de mon homme. Dans l'idéal, j'aimerais aussi ne pas avoir un temps complet : les 18 heures de cours peuvent sembler peu de chose aux yeux de ceux qui  n'ont jamais tenté l'expérience mais je peux vous assurer que c'est amplement suffisant ! Surtout quand on débarque en cours d'année et qu'il faut se familiariser avec plein de nouveautés et que tout le travail de préparation des cours doit être fait en urgence le soir après la double journée de travail (commune à tous les parents)... Mais bon, autant je n'accepterai pas un lieu géographique trop éloigné, autant le volume horaire ne sera pas un critère de refus...

Donc au programme de ces prochains jours : après m'être inscrite au Pôle Emploi (ça faisait longtemps tiens, c'est bien un truc que je déteste toute cette paperasse...), j'ai un rdv avec un.e conseiller.e le 20 mai prochain... Mais même si je laisse passer le pont de l'acension, pour être tranquille avec mes p'tits pépins (enfin... surtout les grands) qui ont tout de même été chamboulés par ces changements, je rappellerai le rectorat avant ce rdv. Et j'espère que j'aurais un autre remplacement à faire avant les vacances d'été, genre un remplacement de 4 semaines ça serait bien ;) Et pourquoi pas en espagnol puisque je suis inscrite pour les 2 langues ? ;)

Allez... Les articles "vis ma vie" ne sont peut-être pas terminés ;)